Objets métaphysiquesEtredir ou la vie amoureuse des mots L’Acrobate Aveugle et son doubleJeudonc le domino des motsLe Carillon Messiaenique

Etredir ou la vie amoureuse des mots

Un jeu de cartes poético-divinatoire

Le dire des cartes à marier d’ETREDIR

Dans ETREDIR la relation d’amour entre les mots est la synonymie. Les synonymes sont des mots ayant en commun quelque chose que pourtant ni l’un ni l’autre n’arrive à cerner complètement. ETREDIR fait le pari que, dans cette relation à l’indicible, tous les mots soient de potentiels synonymes.

ETREDIR comprend 80 cartes environ dites “cartes à marier”. Chacune de ces cartes porte au verso un verbe accompagné d’une ligne incertaine, et au recto un adjectif ou un substantif orné d’une tache hasardeuse. Le langage ici est en effet envisagé comme se composant essentiellement de mots désignant des actions – les verbes, et de mots désignant les substances que transforment ces actions, c’est à dire celles qui constituent leur raison d’être et dont elles se nourrissent. Chaque carte d’ETREDIR possède ainsi une face active – celle du verbe – qui constitue son dire, et un face passive ou plutôt silencieuse, qui désigne l’être dont se nourrit ce dire. Cette relation entre les deux faces des cartes est compliquée par le fait que cet être, qui pourvoit le dire, est souvent ce qui menace de l’engloutir.

Les mariages sont signifiés par des “cartes marieuses”. Celles-ci sont au nombre de trois paires: une paire de marieuses orthodoxes, et deux paires de marieuses réformées auxquelles on fait appel lorsque le tirage demeure obscur. Toutes ces marieuses comportent, elles aussi, un dire et un être.

Le dire des marieuses orthodoxes d’ETREDIR

Le tirage consiste à mêler les dires des cartes à marier, puis à conjecturer la synonymie de deux d’entre elles (de préférence prises au hasard) à l’aide d’un couple de marieuses…

Un tirage d’ETREDIR

… Enfin, à retourner ces dires pour connaître le destin de leurs êtres.

La réponse d’ETREDIR